Sélectionner une page

Communiqué de presse de Julien Leonardelli,
Conseiller régional d’Occitanie,

Dans un récent communiqué, Carole Delga, Présidente socialiste de la Région Occitanie à tenu à affirmer son opposition à l’ouverture à la concurrence des barrages hydroélectriques, voulue par Emmanuel Macron. Une prise de position louable, mais étonnante au regard de son passif parlementaire qui nous emmène à nous demander si elle ne serait pas frappée d’amnésie.

Durant l’été 2015, les députés français étaient en effet appelés à se prononcer sur la Loi de transition énergétique, imposée à la France par la Commission européenne alors qu’Emmanuel Macron était encore ministre de l’Economie et Carole Delga sa secrétaire d’Etat. Le texte qui ouvrait nos barrages hydroélectriques à la concurrence a été largement voté par les socialistes et les écologistes dont Monsieur Assaf et Monsieur Cresta, tous deux élu au sein de la majorité régionale de Carole Delga.

Je tiens donc à dénoncer la duplicité des élus socialistes qui cherchent aujourd’hui à faire croire aux Français qu’ils luttent contre une situation dont ils sont en réalité les uniques responsables. Fervent défenseur de la souveraineté et de l’indépendance énergétique de la France, notre mouvement s’est toujours opposé à l’ouverture à la concurrence de barrages hydroélectriques qui en plus d’être rentable et sécurisé, représentent 70% de notre énergie renouvelable. La ville de Toulouse par exemple, produit 83% de ce qu’elle consomme grâce à l’exploitation de la Garonne.